Couples, familles,
l'Église prend soin de vous

Accueil >

Qui sommes-nous ?

Maison diocésaine
6, av. Adolphe Max
69321 Lyon Cedex 05
04 78 814 815

Voir le site

Recevoir nos
Lettres d' Information

Croire et vivre : la foi en famille

Priorité à la prière

Pour aider nos enfants à grandir dans la Foi, nous cherchons des conseils et des savoir-faire. Et si nous commencions par mettre la prière au cœur de notre vie ?
Christine Ponsard

Archives
25/09/1999 - n°1132

Nul d’entre nous n’a appris à être parent. Elever un enfant est une mission si délicate qu’il y a de quoi se sentir démuni, voire inquiet, devant l’ampleur de la tâche. A fortiori lorsqu’il s’agit d’éducation de la foi. Simon vient de naître et ses parents préparent son baptême : "On nous a expliqué combien il était important que nous aidions Simon à grandir dans cette foi qu’il va recevoir au baptême. Mais comment faire ? Par quoi commencer ? A quel âge ?" Armelle et Arnaud, eux, sont désorientés par l’attitude rebelle de leurs filles adolescentes : "Quand elles étaient petites, ça nous semblait facile. Aujourd’hui, elles ont 17 et 15 ans, et nous ne savons plus du tout comment nous y prendre. Tous nos beaux principes se trouvent mis à mal".

Jeunes parents pleins d’enthousiasme ou vieux routards de l’éducation plus ou moins découragés, nous aimerions trouver la bonne méthode pour transmettre la foi à nos enfants (ou, plus exactement, la méthode qui convient à chacun). Certes, les guides en ce domaine ne manquent pas, pour qui veut bien se donner la peine de chercher : livres, revues, conférences et sessions diverses offrent pistes de réflexions et suggestions concrètes. Mais la difficulté est de mettre ces bons conseils en pratique. Que choisir et comment ? Sur quoi mettre l’accent ? Qu’est-ce qui sera adapté à notre famille ? A tel ou tel de nos enfants ?

La transmission de la foi n’est pas d’abord une question de méthode, mais une question de foi ! Sur qui allons-nous prendre appui pour éduquer nos enfants dans la foi : sur nous-mêmes, ou sur Dieu ? Cette foi que nous voulons transmettre, est-ce un ensemble de connaissances, de traditions et de valeurs morales, ou une relation vivante avec Quelqu’un ? Croyons-nous que ce Quelqu’un aime nos enfants infiniment plus que nous ne les aimons nous-mêmes ? Sommes-nous persuadés qu’Il veut pour eux le meilleur, et que ce meilleur est de vivre avec Lui ? Sommes-nous prêts à Lui faire confiance envers et contre tout, même en cas d’échec apparent, même lorsque nos grands enfants semblent rejeter la foi que nous avons voulu leur transmettre ?

Dieu est la source et nous sommes le canal. Ce n’est pas nous qui transmettons la foi à nos enfants : c’est Dieu, par nous. Si le canal est coupé de la source l’eau ne passe pas. De même, si nous ne sommes pas branchés sur Dieu, nous ne pourrons pas aider nos enfants à grandir dans la foi, quelles que soient par ailleurs nos qualités et l’excellence de nos méthodes éducatives. Pour prendre une autre comparaison nous sommes comme des postes de radio : si notre antenne n’est pas orientée dans la bonne direction, la réception sera mauvaise ; si notre antenne intérieure n’est pas orientée vers Dieu, nos enfants ne pourront pas entendre la Bonne Nouvelle de son amour.

Orienter son antenne intérieure vers Dieu, c’est chercher en tout sa volonté. Et nous ne pouvons pas chercher sa volonté sans prier. Dans l’éducation de la foi, ce qui est premier, c’est notre propre vie de prière. Avant même de prier avec les enfants, il importe que nous ayons à cœur de prier personnellement. Il est illusoire de vouloir éduquer nos enfants dans la foi si nous ne décidons pas d’accorder chaque jour une place significative à la prière. Le mystère de la foi "exige que les fidèles y croient, le célèbrent et en vivent dans une relation vivante et personnelle avec le Dieu vivant et vrai. Cette relation est la prière" (1).

Bien sûr, la prière n’est pas tout. Pour reprendre les comparaisons évoquées plus haut, si le canal est mal construit ou bouché par des détritus, l’eau ne passera pas ; si le poste de radio est en panne, l’antenne aura beau être orientée correctement, aucun son ne sera perceptible. De même, si la méchanceté, la rancune, l’égoïsme ou la cupidité ferment notre cœur, nous ne pourrons pas annoncer l’Evangile ; si nous ne cherchons pas à nous former, si nous ne sollicitons pas les conseils et les aides nécessaires, nous ne serons pas en mesure de coopérer pleinement à l’œuvre de Dieu. Mais la prière reste première ; elle n’est pas suffisante, mais elle est nécessaire et prioritaire. C’est par elle qu’il faut commencer. Reste à en trouver le temps et les moyens : nous y reviendrons la semaine prochaine.

(1) Catéchisme de l’Eglise catholique, § 2558.

Famille Chrétienne. Reproduction interdite sans autorisation préalable. Retrouvez les archives du magazine Famille chrétienne sur www.edifa.com

Agenda

Dimanche 19 novembre 09:00-17:00 Journée couples : Deux ans ... déjà ! - au Châtelard (69)

Mardi 21 novembre 14:30-16:30 Café des grands-parents -

Mardi 21 novembre 20:30-22:30 Manifester le sens et la grâce du sacrement de mariage - Soirée de formation pour les préparateurs au mariage

Voir tous les évènements