Couples, familles,
l'Église prend soin de vous

Accueil >

Qui sommes-nous ?

Maison diocésaine
6, av. Adolphe Max
69321 Lyon Cedex 05
04 78 814 815

Voir le site

Recevoir nos
Lettres d' Information

Dieu créa l’homme à son image, homme et femme Il les créa

Cette phrase ne nous interroge-t-elle pas sur notre identité d’homme, de femme, alors que la théorie du « Gender » fait débat ? Comment établir ce discernement ?

La femme a une identité propre, la capacité de porter en elle un enfant, de ressentir comme un accomplissement ce que seule une femme peut faire : l’émotion toute particulière de donner la vie en mettant au monde un enfant ! La maternité ne se partage pas, c’est une expérience originale, un long voyage silencieux dont seule une partie est de l’ordre de la parole.

L’homme a la capacité de générer, d’inscrire dans une lignée, de transmettre la vie. Très vite un double phénomène se met en place. Dès la naissance, par sa seule présence, le père exprime à l’enfant la dimension relative d’une toute puissance possible de sa mère si elle prenait le risque de maintenir la fusion avec l’enfant : il fait « tiers » entre la mère et l’enfant. Invitation implicite pour la mère à considérer que la maternité, n’est pas le tout de la femme, mais qu’au-delà, elle doit prendre confiance pour savoir « être » femme en parité avec le masculin, sans envisager le féminisme. De son côté la mère désigne le père à l’enfant, le renvoyant à l’autorité qu’il représente. Le père dans cette interpellation, doit prendre conscience que l’autorité lui est conférée mais qu’il ne peut se substituer à la loi, « faire la loi » sans prendre le risque d’une confusion et d’instituer le machisme ou l’autoritarisme !

La mère en répondant légitimement dès ses premiers cris aux besoins de l’enfant, imprime chez lui, au-delà de la satisfaction des désirs et l’apaisement des angoisses, la capacité de plaisir et la sécurité. Sa manière de « babiller » avec lui, créé chez l’enfant un possible espace de toute puissance puisqu’il lui suffira de recommencer pour qu’elle revienne. C’est au père à instaurer la séparation et en suivant sa croissance d’évaluer ses capacités pour l’inviter à prendre son envol. Par le jeu et l’interpellation le père fait découvrir la réalité, l’interdit, la limite, la loi !

Il en est de même à chaque étape du développement de l’enfant où les fonctions de père et de mère sont différentes. Ne sommes nous pas dans la confusion des fonctions et des rôles quand nous parlons d’égalité ? L’égalité relevant d’une légitime répartition à part égales des rôles : courses, ménage, cuisine, profession, salaire… parfaitement interchangeables, n’est que pseudo égalité ! Ne devrions-nous pas envisager une reconnaissance à part égale des fonctions maternelles et paternelles, masculines et féminines dont les différences sont irréductibles ? Ne sommes nous pas invités à conjuguer féminin et masculin par la parole, la reconnaissance de nos identités pour créer un couple, dans une réelle parité !

Bernard Duméril

Agenda

Mercredi 8 novembre 19:00-22:00 Rencontres DUEC - Personnes concernées par l'homosexualité

Jeudi 9 novembre 20:30-22:00 Cycle de 3 conférences à la lumière d’Amoris laetitia - "La Joie de l'Amour... et mon couple..." à la Maison des familles, Lyon 2e

Vendredi 10 novembre 18:00-19:30 Teenstar à St Pothin (Filles 4-3ème) - St Pothin, Lyon 6e

Voir tous les évènements