Sélectionner une page

Accompagner la fin de vie

La scène de la Croix fournit un élément supplémentaire pour comprendre que, même lorsqu’il semble qu’il n’y a plus rien à faire, il reste encore beaucoup à faire, car “se tenir” est un des signes de l’amour et de l’espérance qu’il porte avec lui. L’annonce de la vie après la mort n’est pas une illusion ou une consolation, mais une certitude qui réside au cœur de l’amour, lequel ne disparaît pas avec la mort. »

Lettre Samaratinus Bonus, sur l’accompagnement de la fin de vie.
Vatican 2020

La fin de vie est un moment très singulier pour les personnes malades ou âgées, et pour leurs proches. Les « couleurs » qui éclairent ces derniers instants peuvent aller du plus sombre au plus lumineux. Pour le mourant comme pour l’entourage il est comme une urgence à vivre ces derniers instants pleinement. Cela peut être le temps de lui exprimer, vos sentiments, votre gratitude pour sa vie, ce qu’elle vous a apporté, pour le bien qu’elle a fait autour d’elle, vos mercis.

Le temps aussi du pardon. Pardon donné, pardon reçu, pour être en paix dans la relation.

Parfois les mots vont manquer, l’émotion être forte : des gestes de tendresse et une présence silencieuse pourront alors exprimer votre amour.

Il peut être bon de prier ensemble, de rendre grâce, et de proposer de recevoir le sacrement des malades, signe de la tendresse de Dieu. Le sacrement des malades donne la force et le courage de supporter l’épreuve.Italique  “ Par Son onction sainte que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint”.

“L’accompagnement fait appel à l’exercice des vertus humaines et chrétiennes d’empathie , de compassion, de prise en charge de sa souffrance en la partageant, et de consolation, d’entrée dans la solitude de l’autre pour faire en sorte qu’il se sente aimé, accueilli, accompagné, soutenu”.
Samaritum Bonum

Vidéo sur le sacrement des malades

 

Aumônerie d’hôpital

Les hôpitaux et les Epahd disposent généralement d’une aumônerie, et vous pouvez solliciter leur passage auprès du malade.

Les établissements hospitaliers disposent habituellement d’une équipe d’aumônerie catholique. Elle est au service des patients et de leur famille pour les accompagner, pour prier et/ou vivre les sacrements pour les malades (visite, porter la communion, onction des malades, recommandation aux mourants). Vous pouvez faire appel à elle directement (voir les contacts sur le site du diocèse de Lyon) ou par l’intermédiaire des soignants.
Dans les EHPAD, ce sont des équipes paroissiales de visiteurs de malades SEM qui sont présentes auprès des résidents : visites, célébration de la messe, porter la communion, sacrements pour les malades. Vous pouvez vous renseigner auprès de la direction de l’EHPAD ou de la paroisse où est situé l’EHPAD.

Des mouvements, associations

Jusqu’à la mort, accompagner la vie (Jalmalv)

Accompagner les personnes en fin de vie, contribuer au développement des soins palliatifs, soutenir les familles, les proches et les personnes en deuil.
Site web JALMALV

Albatros

Accompagnement des personnes gravement malades et en fin de vie
Site web Albatros

Les petits frères des pauvres

Accompagnement des personnes âgées isolées.
Site web Petits frères des pauvres

 

La vie, la mort, on en parle

Un portail pour parler de la fin de vie, de la mort et du deuil aux enfants et adolescents et accompagner les situations auxquelles ils peuvent être confrontés.
Site web La vie, la mort, on en parle

Bibliographie

  • La revue « Jusqu’à la mort, accompagner la vie »
  • Parler la mort, Léon Burdin, DDB, 2009
  • A la vie ! (bande dessinée), L’homme étoilé